rencontre 13, partie 2: techniques d’IMAGES, JOKER, jeux, ex, chant.

13ème rencontre du Réseau TO 9,10,11 nov 2019. Partie 2 :
technique d’image, entrainement au jokage, jeux, exercices, chant.

ENTRAINEMENT AU FORUM AVEC UNE IMAGE PROJETEE par Nicole et JF

Nous avons déjà travaillé les Images projetées, dans une précédente rencontre.

Ces images, mal nommées selon JF, devraient plutôt s’appeler « images à projections » car il s’agit de proposer des images à un groupe, pour que chacun puisse y projeter les situations et les oppressions qu’il connait.

Pour mémoire, les Images Projetées (IP) les plus connues:

-La marche à 4 et celui (ou celle) qui voulait danser,

-l’image « suisse » deux personnes assises côte à côte montrent du doigt une personne au sol à côté d’une chaise renversée

-« c’est trop tard » où, sur 3 chasse alignées, 3 personnes répondent à tour de rôle « c’est trop tard » à une personne qui court les voir successivement.

-les obstacles qui grandissent.

– l’invasion du territoire: 4 chaises alignées, un femme assise un bout, un homme vient s’asseoir… juste à côté d’elle

Nicole nous avait aussi montré : « main droite, pas main gauche »

Naje utilise souvent: « la femme battue »

Bastien nous avait montré « la poignée de main ».

PROPOSITION: utiliser une Image Projetée en remplaçant l’oppresseur,
pour s’entraîner au forum,

pour aider l’opprimé à mettre en scène sa proposition

avant d’en jouer les conséquences.

Scène muette. (j’ai gardé les noms des acteurs) Récit:

Fatima accompagne Thaïs, la confie à Fabienne qui l’emmène à un parcours d’obstacles. Elle l’invite à faire pareil qu’elle : enjamber une chaise qui est au sol, puis grimper sur une chaise, en sauter, applaudissements. depuis le début, Stéphane, en retrait, observe et prend des notes. Le troisième obstacle est infranchissable: deux (ou 3) chaises empilées l’une sur l’autre. Mais cette fois Fabienne jette un coup d’oeil à Stéphane, serre la main de Thaïs, lui montre l’obstacle, mais la laisse seule.

On va commencer par remplacer l’opprimée. Mais qui est-ce ? Pour des élèves, c’est souvent Thaïs, pour des travailleurs sociaux ou des formateurs, c’est parfois Fabienne…

On peut aussi utiliser cette image dans sa version de base: avec seulement un opprimé (Thaïs) et un oppresseur (Fabienne) puis ajouter (ou pas) Stéphane qui observe, ajouter (ou pas) Fatima qui accompagne.

Quelques interventions comme opprimée :

-proposer à Fabienne de monter aussi sur la chaise.

-Solliciter Fatima qui vient en soutien, au risque que Fabienne la mette à la porte.

-Modifier l’obstacle infranchissable,

-Détruire l’obstacle pour passer,
-Passer sous l’obstacle plutôt que par dessus !

Nous avons toutes ces propositions en remplacement de Thaïs comme opprimée.

On remplacer maintenant l’oppresseur pour mettre en scène les propositions, ddes spec-acteurs, et développer l’ascèse et le loch ness de l’oppresseur.

On demande à celle ou celui qui a joué l’opprimée de rester en scène avec sa proposition, on s’entraîne face à lui, comme si c’était un spec-acteur.

Les idées pour trouver des moyens d’oppression ne nous manquent pas ! La question reste de savoir lesquelles favorisent l’expérimentation du spec-acteur:

ON ESSAIE DONC, L’UN.E APRES L’AUTRE (et on en discute à chaque fois)

-Infantiliser l’opprimée (comportement fréquent dans les oppressions).

-Evincer Fatima (soutien possible) isoler l’opprimée, diviser pour mieux régner.

-Faire au contraire de Fatima un soutien pesant, dont il va être ensuite difficile de s’émanciper.

-A la place de Fabienne comme oppresseure principale, avoir l’air d’aller très mal, puis …accuser l’opprimée de l’avoir fait craquer. On n’ose plus contrer l’oppresseur de peur de le briser ! Résultat: il n’y a plus d’épreuve… mais quel en était l’enjeu ?

-Décrédibiliser l’opprimée dès le premier obstacle, lui faire perdre toute confiance

-Se moquer de l’opprimée qui a certes passé tous les obstacles, mais qui a une tenue « ridicule », et surtout qui « manque de grâce »… »pour une femme « ! (sexisme)

-Faire en sorte que l’opprimée ne comprenne pas pourquoi «sa performance ne vaut rien » ne pas valider, mais sans rien justifier.

-Humilier aussi Fabienne en rendant son rôle inutile.

-Refuser Thaïs dès le début, en lui enlevant les lacets de ses chaussures » non conformes »

A quoi ça nous fait penser ? :

A une épreuve (artistique, examen, pôle emploi…), un jugement, ou une démarche administrative (titre de séjour par exemple).

-On peut aussi voir Fabienne comme opprimée, Thaïs comme victime, et Stéphane comme oppresseur dans un milieu de travail social : les travailleurs sociaux essaient d’aider les gens, et sont face à la hiérarchie et à des urgences qui mettent la pression.

-Au lycée, obliger des jeunes à choisir leur orientation en fonction des bassins d’emploi et ne pas leur laisser le choix,

-En milieu médicosocial refus de prendre en compte le handicap.

En général, avec un groupe, on utilise d’abord l’image muette, comme aujourd’hui, puis on accueille une (puis des) projection(s) dans un milieu précis et là, la parole est autorisée, et les acteurs s’adaptent à la situation qui concerne le groupe.

notes de Camille ou Anne, revues par JF.

REFLEXION SUR LE OU LA JOKE.R. E par Aude + intervention de JF

Bien sûr, cetr apprentissage ne peut se passer de l’expérimentation, de la pratique !

Quelques notions qui nous semblent importantes :

Comme joker-jokère, quelques besoins :

– Combattre le sentiment d’impuissance du joker, (faut-il être très savant?)

– Avoir des outils pour savoir rebondir et faire les synthèses.

-…./….

-…/….

Propositions pour faire nos synthèses (après chaque intervention, et plus globalement)

– Savoir quels éléments « d’analyse statistique » sont utiles (le public, les intervenants: hommes / femmes / enfants)

– Quels éléments esthétiques prendre en compte ? (les images parfois fixées, gelées, l’occupation de l’espace, les déplacements, les positionnements des personnages)

– Quels éléments thématiques ? (quels types de stratégies sont utilisés, quels arguments, quelles actions)

– Quels processus à l’oeuvre au cours de la séance: les dernières propositions se nourrissent-elles des premières? Qu’est-ce qui se répète, est nouveau ?

– A quel aspect particulier du modèle, de l’oppression, le public s’est-il attaqué ?

Les 3 regards principaux du joker

– S’occuper de son public, rester toujours en relation avec la salle.

– Prendre soin de la personne qui intervient (avant, pendant, après)

– et enfin: son équipe, on s’en occupe surtout avant et après le spectacle, mais…ne pas l’oublier pendant, faire confiance, ne pas brusquer.

Une technique: « STOP, arrêt sur image » peut permettre au joker de questionner la salle. De laisser voir une situation particulière. La salle est capable d’intelligence collective.

La posture plus encore que la technique :

– Comment rester sympa avec le public, quand il y a des propositions oppressives ?

= être clair sur où et à qui va notre solidarité. Mais: si le ou la jokère juge elle-même, elle a alors une position « surplombante » : il vaut mieux que les personnages, quelquefois l’opprimé.e, se confrontent, eux, à la personne qui intervient.

– Ne pas oublier de questionner la salle.

– Que peut faire le joker pour aider son équipe à montrer les conséquences d’une proposition ? Y compris les propositions violentes ?

= proposer différentes TK d’images, proposer des « sauts dans le temps » ou dans l’espace.

Aide mémoire de Aude (positif) qui s’adresse au joker :
BUSSAV
= Bienveillance / Unité / Sérénité / Sourire / Accompagner / Vocabulaire.


Aide mémoire de JF (choses à éviter)
pour le joker et surtout les acteurs : BRIMES = Bétonner, Rond (tourner en rond), Invasion (de la scène, par monologue, aisance corporelle…) Magie, (changer la volonté du personnage, ou en faire un zorro) Ecole (faire un cours au spectateur) S comme

Aude propose un exercice d’entraînement,

« que ferais-tu, comme joker.e si tu entendais cela » ?

Celles et ceux qui ont une idée, comme joker.e, viennent en ligne sur scène, et très rapidement chacun.e « balance » sa réponse, ou son attitude.

Intérêt: cela va très vite, on laisse les idées spontanées surgir (ici,c’est sans risque !)

Limite: certains jokers ont besoin de l’opprimé.e sur scène pour répondre (elle n’y est pas dans cet exercice).

D’autres exercices existent, et certains groupes du Réseau TO mènent des stages « joker » de 2 à 5 jours.

Résumé par jf d’après souvenirs et notes prises par Aude ou Camille

JEUX EXERCICES, CHANT.

1) Le voyage imaginaire
2) les questions (ou réponses?) différées
3) le massage du boulanger
4) le mur

5) chant « l’âge d’or »


LE VOYAGE IMAGINAIRE
Proposé en nov 19, au cours de la 13 ème rencontre du Réseau TO, par Nicole Charpail : missgriffassociation@hotmail.com

La base du jeu : Par 2, une personne voit, l’autre a les yeux fermés. Toute parole est interdite.
1/ La personne qui voit imagine un lieu qu’elle veut visiter et une aventure éventuellement associée (exemple : aller sur mars poursuivi par les flics).
2/ Elle va y emmener son partenaire aveugle en essayant de lui communiquer tout ce qui arrive (par le toucher, les bruits, des actions, des émotions, la manipulation d’objets, Etc.) – (Rien n’est interdit sauf la parole verbale). Pendant 10 mn au moins à travers l’espace.
3/ À un moment donné du jeu, le joker doit indiquer que le voyage va devoir bientôt se terminer, les couples sont invités à se poser quelque part en fin de leur voyage. Chacun pourra alors raconter à l’autre ce qu’il a vécu, il y aura donc deux récits (c’est mieux de commencer par le récit de l’aveugle).
Note : Relativement à cette base, on insistera sur le fait que l’aveugle est seulement aveugle mais pas dépourvu de liberté d’agir, proposer, refuser.

La variante qui a été ici proposée :

Les deux partenaires (et non pas seulement le voyant) décident chacun du voyage qu’ils veulent faire avant de partir « ensemble ». Ils ne communiquent pas, donc a priori chacun sera « dans son monde » bien qu’avec l’autre pour vivre ce voyage.

(On peut rajouter des consignes supplémentaires et variantes, suivant les groupes, les raisons de faire le jeu, la sensibilité des personnes, leur état de confiance, leur expérience du jeu théâtral, Etc. Par exemple insister sur l’invention aussi de personnages (ici je serai un enfant, ou un prof, un parent, une personne handicapée, ou un guide de haute montagne, un travailleur social, …), l’invention de volontés précises (je veux ceci et cela, j’attends ceci et cela de l’autre).

On peut aussi travailler sur des thèmes précis relationnels, voire des oppressions relationnelles, mais cela avec un groupe aguerri et en parfaite confiance.)

4/ Retour de tout le groupe. L’intérêt du jeu est évidemment qu’on s’y trouve ici « Personne », « Acteur » et « Personnage » en même temps. En toute fin de jeu, les retours de tout le groupe sont donc très importants. Sur les plans qu’on choisira d’aborder.

– Jouer AVEC l’autre. Négocier, composer, proposer, accepter, refuser, avoir sa place ou pas, Etc.

– Imaginer, se prendre au jeu (plus facile en aveugle ou en voyant ?).

– Mettre en scène, initier, lâcher prise, (plus facile en aveugle ou en voyant ?).

– Se responsabiliser, de quoi, par rapport à quoi…Etc…

texte de Nicole missgriffassociation@hotmail.com

JEU DES REPONSES DIFFEREES 

proposé par Mariemarilableu@protonmail.com

On forme des cercles de 3 à 5 personnes. 

Niveau 1de difficulté : La personne A se met au centre du groupe, se tourne face à la personne B. B lui pose une question simple. A ne répond pas. Mais se tourne vers la personne C. C lui pose une question simple, A (au centre) répond, mais à la question de B ! (en restant face à C). puis A se tourne vers la personne D qui lui pose une question, elle répond à la question de C etc…
Niveau 2 : les questions ne sont plus simples, mais…deviennent déroutantes !
Niveau 3 : les réponses se font maintenant avec un intervalle de 2 personnes :
A se met au centre du groupe, se tourne face à une personne B. 
B pose une question, A ne répond pas. A se tourne vers C qui lui pose une question, A ne répond pas, mais se tourne vers D, qui pose une question, et A répond à B. E pose une question, A répond à C.etc…
Petit échange: c’est stimulant et source de quiproquos et de rires !
Mais c’est aussi un entraînement pour le forum: apprendre se souvenir de ce qui s’est dit juste avant, apprendre à différer les réponses si c’est utile.
Texte de Marie, marilableu@protonmail.com  revu par JF

Le Mur: Jeu de coopération/ Cohésion de groupe

proposé par Léa (Et Toc) leagenet@gmail.com

Installation: 2 tapis de gym ; mis bout à bout dans la longueur, maintenus droits par deux (3 ?) personnes. 

Tout le groupe commence d’un coté, et un tapis de réception est placé de l’autre côté.

But du jeu:  Les membres du groupe doivent s’entraider pour que chacun passe de l’autre coté du mur.

Consigne: distribuer des rôles d’handicapés: non-voyant/ cul-de-jatte/ manchot,

il peut aussi y avoir une personne dont le rôle est de ne pas avoir envie de passer de l’autre côté.

Si possible, ne pas ajouter de contrainte de temps car le groupe doit prendre le temps de s’organiser.

Important: A la fin, débriffer sur les ressentis de chacun et la communication.

Veiller à la sécurité de chaque participant.
valoriser le fait d’avoir réussi, et si ce n’est pas le cas, recommencer une autre fois !

Texte de Léa, relu JF

UNE CHANSON 

L’âge d’or de Léo Ferré.(dispo sur Youtube).


Chantée à la fin du week-end par Jacqueline. contact@theatrepotimarron.com

Nous aurons du pain doré comme les filles dans le soleil d’or


Nous aurons du vin de celui qui pétille même quand il dort


Nous aurons du sang dedans nos veines blanches


Et le plus souvent lundi sera dimanche


Mais notre âge alors sera l’âge d’or

Nous aurons des lits creusés comme des filles dans le sable fin


Nous aurons des fruits les mêmes qu’on grappille dans le champ voisin

Nous aurons bien sûr dans nos maisons bohèmes


Tous les becs d’azur qui là-haut se promènent


Mais notre âge alors, sera l’âge d’or

Nous aurons la mer à côté de l’étoile, les jours de grand vent


Nous aurons l’hiver avec une cigale dans tes cheveux blancs


Nous aurons l’amour dedans tous nos problèmes


Et tous les discours finiront par je t’aime


Vienne, vienne alors, vienne l’âge d’or !

Et on se quitte ! En tout, 30 personnes ont participé à cette rencontre. JF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *