La main perdue… et retrouvée ?

UN JEU-EXERCICE : LA MAIN PERDUE (et retrouvée ?)

Classer dans l’arsenal d’A.Boal:

  • Exercices mettant en jeu plusieurs sens
  • Sous-catégorie: jeux d’aveugle

Présentation :
Ce jeu n’est en général pas le premier jeu d’aveugle qu’on propose, il est assez intime puisqu’il s’agit de toucher les autres et de savourer ce contact.
Bien entendu, le ou la joker(e) reste en dehors du jeu, et veille à la sécurité physique (piliers, fenêtres) et psychologique: rapprocher (très) doucement du groupe les brebis égarées.
Ce jeu dure bien 20mn, ça peut être plus… ou moins ! Il y a les étapes, mais surtout, il est important d’adapter ses consignes, le niveau de sa voix, la fréquence des paroles, à l’ambiance du groupe.

Annoncer au début: c’est le jeu de la main perdue, on va vivre en aveugle, rester en aveugle jusqu’au bout de l’histoire, au « pays des mains » , gardez les yeux fermés, suivez mes consignes comme vous pouvez ou comme vous voulez, sans vous inquiéter d’avoir bien ou pas compris, c’est un jeu, dans un jeu on n’a rien à réussir ! (alors que dans un exercice on cherche à réussir quelque chose).

Les 13 étapes et leurs consignes:

  1. Inviter chaque personne à marcher les yeux fermés, les bras ballants, lentement, jusqu’à ce que le groupe acquière une atmosphère apaisée
  2. Demander que les mains de chacun commencent à s’écarter du corps, à se tendre, à rester disponibles. A chaque fois qu’une main en touche une autre, l’effleure, on s’arrête et on « goûte » ce contact, puis on s’en va a ailleurs, on « papillonne »
  3. Maintenant les mains se cherchent, et chaque personne fait un bout de chemin avec une main touchée (ou deux) qui restent en contact, puis va (quand même) trouver une autre
  4. Cette fois, je vais chercher une main avec qui je me sens bien, (et ça doit être réciproque) si je suis pas assez bien, je m’en vais, j’en cherche une autre !
  5. J’ai trouvé une main, qui m’a aussi trouvé(e), si possible je mets mes deux mains sur ou dans les deux siennes.
    Remarque : Si la main gauche est avec quelqu’un et la droite avec quelqu’un d’autre : deux possibilités (au joker d’assumer son choix) : soit on laisse chaque personne décider de rester ou non avec deux contacts différents, soit on insiste pour que les gens soient deux par deux.
  6. Là, dans le silence (sans rires, sans chatouilles) on demande à chacun d’explorer les mains de l’autre, on peut donner des consignes qui accompagnent, mais en laissant des silences: par ex : « repérez, comme un sculpteur » « température(s) «  « grain de la peau » « irrégularités » « longueur, taille » « souplesse » « épaisseur de la main » « épaisseur de la peau » « ongles » on peut ajouter, en fonction de  l’ambiance: quel toucher, quelle caresse est agréable (à chaque partenaire)…
  7. On annonce qu’un cataclysme va arriver, et que tout le monde sera séparé, on insiste: tout le monde sait que ce sont les derniers instants ensemble, quels souvenirs gardera-t-on? se retrouvera-t-on un jour? mystère. On laisse 1/2 mn environ, on peut faire un petit compte à rebours 10,9, ….0 Ouragan !!!!
  8. Toujours yeux fermés, chaque personne part au gré du vent, de  la tempête, en titubant (doucement)
  9. La tempête se calme, les personnes marchent et les mains essaient de se retrouver (insister pour que tous tentent de toucher un maximum de mains, mais restent en silence et yeux fermés !!!!)
  10. Au bout d’un (certain?) temps, on voit que des couples se sont reformés, on peut ramener doucement les « perdus » vers le centre. On leur dit qu’on les laisse savourer les retrouvailles (et on dit que certains cherchent encore, sans dire combien ils sont)
  11. On annonce que dans une minute (ou 10 secondes) on va ouvrir les yeux, et que les gens peuvent rester ensemble ou se séparer avant d’ouvrir. (en général ils préfèrent rester ensemble)
  12. Yeux ouverts: échange oral par deux, sur le mode foire, (tous en même temps)
ensuite, on peut annoncer que yeux ouverts, on peut circuler, aller toucher les autres mains, vérifier, bavarder.
  13. Bien sûr, on peut faire un grand cercle et échanger un peu (pas trop !) tous ensemble.

Commentaires :
Pour ma part, j’aime beaucoup faire ce jeu à la fin d’un stage: on va en effet se séparer, aller toucher mains (et joues) des autres avant de partir, et dans ce cas, sauf si quelqu’un en a besoin, je ne fais pas de retour collectif.
Mais je l’ai déjà vécu le premier jour d’un stage: cela peut aider à créer une intimité dans le groupe, mais, attention : la capacité à l’intimité ne peut pas se décréter !
Autre remarque: Adapter la durée des étapes à ce qu’on perçoit des ressentis du groupe: vérifier que ce n’est pas « trop » pour certaines personnes de garder les mains si longtemps, penser à redire « qu’on peut toucher plus fort, ou plus légèrement, en effleurant ou en plein contact, suivant chacun ».

Précaution:
Avant le début, enlever montres et bracelets, remonter un peu les manches, mais préciser qu’on touche et explore les mains, pas les bras.

On a annoncé au début que c’est un jeu, dans un jeu on n’a rien à réussir. Cela peut aider de le redire à la fin, et si certains n’ont pas retrouvé « leur » main les yeux fermés, ils peuvent chercher les yeux ouverts ensuite, (ou pas)  je ne donne plus de consigne. Je passe à autre chose avant qu’il y ait un flottement.

2016 JF Martel de T’OP !
tentative de notes, à la demande de certaines, après une expérimentation au cours d’une rencontre du réseau TO. (à compléter, modifier).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *