Quelques pratiques de réseau

Nous ne partons pas de rien, en terme de pratiques de « réseau concret »
Se rencontrer, pourquoi ?

Le TO a souffert dans le passé, de la volonté de leadership d’un groupe ou d’une personne, de pratiques de jugement, et même de scissions et d’exclusions.   Mais les rencontres et les festivals peuvent aussi faciliter la reconnaissance des diversités, des échanges bienveillants sur nos pratiques, qui peuvent être différentes sans être forcément exclusives les unes des autres. Avons-nous des buts et des valeurs communes ? Si la compétition, ou la concurrence, (y compris financière) ne sont pas à l’ordre du jour, discuter des moyens artistiques mis en oeuvre devient possible.

J’insiste: aller voir les théâtre-froums « des autres », (ce que nous essayons de faire, au moins avec les « voisins » quand les dates sont publiées) reste une des façons les plus simples de se connaitre un peu ! Nous essayons (y compris au sein de notre groupe) pour enrichir la pratique de chacun.

Infos mutuelles
Nous avons recensé et communiqué à tous les adresses des participants de « vers un   réseau TO ».

Nous lisons le site et la newsletter de TOP ou de NAJE, nous recevons les infos des spectacles de miss Griff, et maintenant du Potimarron, des Fées Rosses…   Nous les faisons connaitre dans notre équipe. De notre côté, nous souhaitons continuer à faire connaitre nos TF, mais aussi nos ateliers et nos projets.

Les formations
Des membres d’autres groupes du réseau (Potimarron, Histoire d’eux, Désamorces, NAJE, collectif de Vitry, Alternative théâtre, PQP contre l’homophobie, Pas à paso… ont suivi les stages de TOP sur le  théâtre forum,  les techniques   arc-en-ciel, et surtout, nos stages de « perfectionnement des pratiques »:   sessions sur  l’acteur de TF, le joker de spectacle, l’animation d’atelier. Le stage « esthétique » organisé avec Sanjoy Ganguly a permis de rencontrer des personnes d’une douzaine de groupes, (avec aussi Féminisme Enjeux, les  Pichon-Saccon,  Art en scène…)

Des comédiens de TOP suivent des stages organisés par d’autres groupes, notamment:  GTO-Féminisme en jeux, et  NAJE avec qui nous  avons commencé l’ouverture réciproque de places de stage.
Comédiens, animateurs d’atelier d’un groupe ou d’un autre:
T’OP! a fait appel à d’autres pour animer des ateliers,  Miss Griff, (Nicole Charpail) Théâtre en mouvement (Annie et Mounir) NAJE.
Mounir et Ammar qui travaillent   dans plusieurs groupes, sont aussi maintenant comédiens-jokers à TOP.

Marion a joué à Féminisme Enjeux, Law a joué à Désamorces, Stéphane est acteur et animateur d’ateliers à Désamorces,  NAJE nous a demandé un comédien pour jouer dans un forum.
les contrats, la concurrence
quelques exemples:

  • NAJE trouve un appel d’offres dans le Nord de la France: (cocasse, car c’était un projet de TOP, transformé en appel d’offre par la région). Concertation  entre nous:   il sera réalisé par TOP.
  • Un atelier à Rennes, où les 2 compagnies ont des liens, sera réalisé certaines années par TOP, d’autres fois par NAJE, avec échange des contacts et des comptes-rendus.

Visites ou invitations, les festivals
Nous avons invité Féminisme-enjeux à jouer dans notre festival local de 2011.
intervention commune avec Entr’act à Aix pour Artisans du monde en 2010,
participation au festival du Potimarron 2011et 2012, avec Alternative Théâtre, NAJE, un groupe de sans-papiers lillois.

Rencontres autour du stage de Jana Sanskriti à lille en 2013.
Tout cela avec des TF, et souvent des débats, des ateliers.
Quelques spectacles des uns chez les autres:
un groupe ATTAC joue un spectacle de NAJE à Lille, contacts à cette occasion.
Nous avons invité trois fois PQP contre l’homophobie de Rennes à jouer à Lille
Féminisme Enjeux, à notre demande, a joué son  Théâtre forum « X = Y? » à Valenciennes.

Les aides au démarrage de groupe TO
Comme d’autres groupes, nous avons parfois le plaisir d’aider des personnes à démarrer un groupe de TO. Parfois autour de  personnes déjà venues suivre un stage, ou pour un groupe qui a demandé un atelier. y suivre un atelier. Quelques   « compagnonnages » en dehors de notre région: avec  le groupe « pourquoi pas contre l’homophobie » à Rennes, le groupe Ebullition théâtre de Bruxelles, et récemment le groupe TF de « histoires d’eux » à Montauban.

D’autres rencontres et pratiques existent ailleurs:
je propose qu’on se les fasse connaitre mutuellement.

JF Martel, top-théâtre de l’opprimé jf.martel@free.fr 06 85 54 99 68 fin 2013.